Organisé par                                                                                       En partenariat avec

Quelle diffusion de la science et de la culture scientifique : d'hier à demain?

Version imprimable

Panel proposé par l’Université de N’Djaména

Cette communication est une remise en cause épistémologique de la situation de la pratique des sciences dans divers pays ayant moult défis à relever. Certains pays comme l’Afrique noire, ayant tout le temps tergiversé entre la réappropriation des sciences universelles et l’exploitation des savoirs endogènes, finit par pencher plus du côté de la réappropriation parce qu’elle est acculée par les urgences scientifiques mondiales. Mais la science universelle exige plus de moyens humains aussi bien matériels pour son effectivité. Compte tenu des coûts de production de la recherche, ces enjeux se retrouvent donc également dans les pays industrialisés. Alors quels sont les moyens utilisés actuellement par les pays à cet effet? Les pays doivent-ils se résoudre à consommer la ‘‘science prêt-à-porter’’ importée ou se mettront-ils à employer des moyens techniques appropriés à la diffusion des sciences universelles? Quelles sont les stratégies possibles. Quel rôle le numérique peut-il jouer dans la construction de pont entre les pays en développement de connaissances variables? Quels en sont donc les engagements des décideurs politiques et scientifiques?

 


INTERVENANTS


Aziz BensalahProfesseur, responsable Interface science et société, Université Mohammed V de Rabat
Aziz Bensalah est professeur à l’Université Mohammed V de Rabat, en charge de l’Interface science et société. De 2008 à 2014, il a été le coordonnateur du Réseau national pour la promotion et la diffusion de la culture scientifique et technique et a mené des actions en direction des populations rurales, éloignées ou enclavées. 
 

Xingbo Luo, Professeur agrégé à l'Université de l'Académie chinoise des sciences
Xingbo Luo a obtenu son doctorat en histoire de la science à l'Institut d'histoire des sciences naturelles de l'Académie chinoise des sciences en 2008, il a été chercheur invité à l'Université de Princeton entre 2015 et 2016. Ses intérêts de recherche se concentrent sur le thème de l'histoire de la science en Chine moderne, en particulier la recherche de la figure des scientifiques. À partir de 2010, il rejoint l'équipe de recherche académique du projet de collecte de données historiques sur la croissance académique des anciens scientifiques.

Samuel NowakowskiMaître de conférences HDR à l’Université de Lorraine
Ses recherches actuelles sont principalement centrées sur la modélisation des usages du web et l’identité par le numérique et leurs mises en oeuvre dans des projets transversaux en eÉducation. Il travaille plus particulièrement sur la modélisation de la notion d’errance au sein des environnements numériques et sur la modélisation des systèmes interactifs adaptatifs.


Michèle Stanton-Jean, Chercheuse invitée au Centre de recherche en droit public, Université de Montréal 
Elle a été sous-ministre de la santé du Canada, présidente du Comité international de bioéthique de l’UNESCO durant l’élaboration et l’adoption de la Déclaration universelle du la bioéthique et les droits de l’Homme. Elle préside le Comité des Fonds de recherche du Québec sur la science responsable.


Esaïe Yambaye, Enseignant chercheur, Université de N’Djaména
Après une thèse de doctorat de Philosophie à l’Université de Bourgogne, Esaïe Yambaye, né à Koumra au Tchad, mène des recherches dans le domaine de la rationalité des sciences. Il enseigne par ailleurs la philosophie des sciences à l’Université de N’Djaména.





Animatrice :

Esther Gaudreault, Directrice générale sortante, Association francophone pour le savoir - ACFAS
Esther a été la directrice générale de l’Association francophone pour le savoir - ACFAS de 2005 à 2016. Parallèlement elle été directrice de cabinet, pour le Ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche, de la science et de la technologie (MESRST), 2012 à 2013. Auparavant Esther Gaudreault assurait les fonctions de directrice exécutive Bureau du directeur général pour la Ville de Montréal, de 2004 à 2005, et de 1994 à 2003 elle fut directrice de cabinet au Gouvernement du Québec.